Au delà du coup de gueule de Michael Moore

      Commentaires fermés sur Au delà du coup de gueule de Michael Moore

M Gérard Montpetit, de La Présentation, commente le film très controversé de Michael Moore en faisant ressortir ce que ce coup de gueule a de positif pour construire l’avenir.

Au delà du coup de gueule de Michael Moore

Je viens de visionner le film Planet of the Humans de messieurs Jeff Gibbs et Michael Moore.[1] Controversé est un euphémisme! Ceux qui voudront comprendre pourquoi les climatonégationnistes se bidonnent devront voir et analyser les critiques dans les cinq liens ci-dessous.[2] Cependant, comme je ne veux pas tomber dans le piège de la polarisation extrême qui caractérise la politique américaine, je vais essayer de faire ressortir les aspects positifs de ce coup de gueule.

Si le message à retenir, c’est que les énergies renouvelable ne sont pas « LA » solution qui permettrait de conserver nos modes de vies actuelles, ce film a une utilité. Malheureusement, le film donne l’impression que les énergies renouvelables sont aussi mauvaises pour l’environnement que les énergies fossiles. Même si elles sont loin d’être sans défaut, les énergies solaire et éolienne ont une empreinte écologique totale bien inférieure aux énergies fossiles; ça. les allusions malveillantes du film ne le démontrent pas.

Le film soulève plusieurs points importants. Remplacer le charbon par l’utilisation de la biomasse (ici, synonyme de déforestation) pour produire de l’électricité est un non-sens qu’il dénonce. Avec raison! Ça n’a rien à voir avec une utilisation intelligente de la ressource ligneuse. Nous avons besoin des arbres pour séquestrer le carbone, pas pour produire de l’électricité dite « renouvelable ». Il a raison également lorsqu’il soulève le point que l’éthanol (qu’il soit produit avec du maïs ou de la canne à sucre) n’est pas une source d’énergie « renouvelable »; utiliser des énergies fossiles, des engrais azotés et de bonnes terres arables pour produire des denrées agricoles qui serviront à alimenter des moteurs à combustion n’est pas très rationnel!

Gibbs a raison de souligner que les énergies renouvelables ne peuvent pas remplacer toute l’énergie d’origine fossile que nous utilisons présentement dans les pays industrialisés. Les véhicules électriques peuvent être utiles pour réduire l’empreinte carbone. Mais à long terme, il faut limiter l’utilisation du véhicule solo et se diriger vers l’option numéro un qui est un système de transport en commun efficace.

Ce ne sont pas des solutions technologiques comme la séquestration du carbone à grande échelle qui règleront les problèmes des changements climatiques. Il aurait fallu que Gibbs et Moore abordent les sujets problématiques comme la démographie galopante et la surconsommation. L’exploitation insoutenable des ressources de la planète, que ce soit avec des énergies fossiles ou des énergies renouvelables, ne changera pas grand chose à long terme.

Il aurait fallu dénoncer la doctrine intégriste de la croissance illimitée du PIB car il ne peut y avoir une croissance infinie à la surface d’une planète finie. Comme le dit le commentateur économique Pierre-Yves McSween, il faut se demander si on a vraiment besoin de tous les bidules que les firmes de marketing veulent nous vendre.[3] Ai-je vraiment besoin du tout dernier modèle de iPhone que Apple et ses actionnaires veulent que j’achète? Est-ce que le iPhone que j’ai acheté voilà 6 mois pourrait répondre à mes besoins??? Chaque achat inutile gaspille les ressources limitées de la terre. Pire encore, l’obsolescence programmée de nombreux produits aggrave la situation.

Le jour du dépassement de la Terre (Earth Overshoot Day), qui tombait le 27 décembre en 1974, est maintenant devancé au 3 août. Après le 3 août de chaque année, l’économie mondiale vit à crédit! Ça veut dire que la population mondiale ressemble à un consommateur compulsif qui veut tout ce que la pub lui offre; cartes de crédit, marges de crédit, emprunts et hypothèques sont poussés à l’extrême limite. L’hypothèque environnementale de la consommation mondiale dépasse largement la cible du développement soutenable à long terme. Dans un avenir pas très éloigné, les 7,6 milliards d’humains feront face à la « banqueroute » si on ne délaisse pas la doctrine de la croissance économique à tout prix.

Il faudrait enfin reconnaître que nous ne sommes pas les maîtres de l’univers; nous en faisons simplement partie. L’arrogance d’homo sapiens a sans doute pris sa racine dans l’injonction biblique « Ayez des enfants, devenez nombreux, peuplez toute la terre et dominez-la. ».[4] Avec 7,6 milliards d’humains, la planète est remplie à ras bord et nous la dominons comme des enfants gâtés qui font une crise s’ils ne peuvent avoir tous les joujoux qu’ils voient dans le « magasin de jouets planétaire »! Le coup de gueule de Moore et Gibbs aurait dû développer ce thème!

Gérard Montpetit

le 24 mai 2020

Film de Michael Moore (avec sous-titres en français)

1] https://www.youtube.com/watch?v=Zk11vI-7czE

2a] https://www.goodplanet.info/2020/05/08/a-propos-du-documentaire-choc-de-michael-moore/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=selection-hebdomadaire-goodplanet-mag_9

2b) https://www.postcarbon.org/review-planet-of-the-humans/

2c] https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/may/07/michael-moore-far-right-climate-crisis-deniers-film-environment-falsehoods?CMP=share_btn_fb&fbclid=IwAR1YUg6STnj3MZjOHHR6bmf57uK2KBoAIuhPq3eUII3E06kDQz3Gpsb0-9U

2d] https://www.youtube.com/watch?v=cDqZVjAiAvs&feature=share&fbclid=IwAR0pv-ucQOKPEhs8v-cJ2BWCIR9r5vDdgyLb7h8vau9EwmmgdnWh-sh1Op4

2e] https://www.lapresse.ca/debats/chroniques/marc-cassivi/201207/17/01-4556344-michael-moore-est-il-un-documenteur.php

3] « En as-tu vraiment besoin? »  Par Pierre-Yves McSween, Édition Guy Saint-Jean, 2018, 375 pages

4] Genèse1-28