Nouveau sondage – La majorité des Québécois.e.s sont contre GNL/Gazoduq

      Commentaires fermés sur Nouveau sondage – La majorité des Québécois.e.s sont contre GNL/Gazoduq

Le sondage Léger a été commandé par la Coalition Fjord, la Coalition anti-pipeline Rouyn-Noranda (CAP-RN), Eau Secours, Équiterre, la Fondation David Suzuki, Greenpeace, Nature Québec et le Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ).

La non acceptabilité sociale envers le projet GNL/Gazoduq ne cesse d’augmenter alors qu’un nouveau sondage Léger réalisé à l’échelle de la province du 19 au 21 mars 2021 révèle que 52 % des Québécois-es sont contre le projet, comparativement à 46 % en novembre 2020. Ceci représente un bond statistiquement significatif de 6 points en à peine quatre mois.

À la même question que posée en novembre 2020,« Le projet GNL Québec/Gazoduq est un projet d’exportation de gaz de l’Ouest canadien qui serait transporté par un pipeline en traversant le Québec de l’Abitibi jusqu’au Saguenay, puis acheminé outre-mer par des navires, qui passeraient sur le fjord du Saguenay et sur le fleuve Saint-Laurent. Êtes-vous favorable ou défavorable à ce projet? », c’est maintenant à peine 6% des répondant.es qui se disent « très favorables », ce qui représente une baisse statistiquement significative. En comparaison, 28% Québécois-es sont « très défavorables » à GNL Québec, une position en hausse statistiquement significative depuis novembre. L’opposition au projet monte même à 56% dans les régions et chez les francophones, et 59% chez les 18-34 ans. De plus, la notoriété du projet a augmenté considérablement, alors que 42% des Québécois-es ont entendu parler de GNL/Gazoduq, comparativement à 31% en novembre.

Selon les groupes qui ont commandé le sondage, « à la veille de la publication du rapport du BAPE, il ne fait aucun doute que les appuis à GNL/Gazoduq continuent de fondre et que le projet ne rencontre pas les critères de l’acceptabilité sociale. Les résultats du sondage montrent aussi que plus les gens connaissent le projet, plus ils y sont opposés. Le gouvernement Legault doit en prendre acte et refuser catégoriquement GNL/Gazoduq ».

Les groupes rappellent qu’en plus des résultats très parlants de ce dernier coup de sonde, le Parti libéral du Québec a rejoint la semaine dernière le Parti québécois et Québec solidaire en s’opposant à son tour au projet d’exportation de gaz fossile. Ce sont donc maintenant tous les partis d’opposition à l’Assemblée nationale, représentant 58% des électeur-ices, qui disent non à GNL Québec. Cela s’ajoute aux plus de 121 000 signataires de la pétition GNL Non merci! et au fait que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a enregistré un record de participation lors des consultations publiques sur ce projet. Plus de 2 500 mémoires y avaient été déposés, dont 91% étaient contre sur la base de préoccupations sociales, environnementales et économiques.

Depuis le premier sondage sur le sujet mené du 20 au 22 novembre 2020, plusieurs nouvelles informations ont été révélées sur le projet GNL/Gazoduq, incluant sa consommation importante d’hydroélectricité. Les groupes ont cru bon de commander un nouveau sondage pour savoir si ces informations avaient eu des répercussions sur la notoriété du projet et son appui au sein de la population québécoise.

Méthodologie

La marge d’erreur maximale pour un échantillon de 1 002 répondant-e-s est de ± 3,1%, et ce, 19 fois sur 20.

 

-30-