Pour en finir avec les hydrocarbures

      Commentaires fermés sur Pour en finir avec les hydrocarbures

L’année 2014 a été la plus chaude jamais enregistrée depuis 1891(1). Nous savons déjà que ce record sera battu prochainement. En effet, l’équation est simple : plus nous brûlons de combustibles fossiles, plus nous relâchons des gaz à effets de serre (GES) dans l’atmosphère, et plus l’atmosphère se réchauffe et le climat se déstabilise.

Des incendies ravagent les forêts australiennes pour la deuxième année consécutive pendant l’été à cause de vagues de chaleur sans précédent. La Californie, l’Espagne, l’Amérique centrale et le Brésil ont perdu leurs récoltes à cause d’importantes sécheresses. Le prix des fruits et légumes, des olives et du café grimpe en flèche. La moyenne des coûts occasionnés par les événements climatiques extrêmes chaque année depuis 30 ans tourne autour de 140 milliards (2) de dollars. Mais ce n’est rien encore par rapport à ce qui risque de se passer dans les décennies à venir. Si nous ne parvenons pas à réduire de façon radicale nos émissions de GES, l’économie mondiale va s’écrouler. La civilisation et la vie sur Terre telle que nous les connaissons seront complètement bouleversées. Un seuil critique sera franchi, au-delà duquel le réchauffement deviendra incontrôlable. Étant donné le rythme actuel des émissions de GES, ce seuil devrait être atteint vers 2030-2035 (3).

Il existe un consensus scientifique sur le fait que l’humanité doit éliminer sa production de CO2. Le Québec peut agir de façon exemplaire dans ce tournant nécessaire vers une économie sans carbone, car 50 % de son énergie est propre, durable et renouvelable. Un récent rapport produit par des experts de plusieurs universités canadiennes (4) démontre que les provinces de l’Est possèdent un énorme potentiel d’énergie hydroélectrique, solaire et éolienne. Il est possible de relier le Québec, l’Ontario et les provinces maritimes afin de produire une énergie 100 % renouvelable. Les infrastructures de l’industrie automobile déclinante de l’Ontario peuvent être converties pour fabriquer des véhicules électriques. Avec l’expertise d’Hydro Québec et de Bombardier, nous pouvons rapidement créer un vaste réseau de transport collectif électrique. Dans le contexte de la crise climatique actuelle, cette politique énergétique est la seule qui soit viable à long terme pour relancer l’économie. En comparaison, les visées des gouvernements actuels concernant le développement des hydrocarbures tiennent de l’incompétence meurtrière et de la faillite morale. S’il doit y avoir un avenir pour nos enfants et petits-enfants, 2015 devra être une année chaude en matière de lutte citoyenne pour le virage énergétique.

 

Louise Morand

L’Assomption

 

http://www.lemonde.fr/sciences/video/2015/01/08/pourquoi-2014-a-ete-l-annee-la-plus-chaude-depuis-1891_4551302_1650684.html
http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/428302/les-catastrophes-naturelles-de-2014-ont-ete-moins-meurtrieres-et-moins-couteuses
http://www.climatechallenge.be/fr/des-infos-en-mots-et-en-images/le-changement-climatique/les-hommes-et-le-climat/seuil-critique.aspx
4 http://normandmousseau.com/IMG/pdf/pol-est-canada.pdf