Sur quelle planète pétrolière vit Rémi Massé du Parti Libéral du Canada ? (1)

      Commentaires fermés sur Sur quelle planète pétrolière vit Rémi Massé du Parti Libéral du Canada ? (1)

Des membres des groupes citoyens –Prospérité sans pétrole- et –Non à une marée noire-, de la région de Rimouski, démontrent les incohérences de Rémi Massé, député Libéral de Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, face à son bilan du gouvernement fédéral en matière d’environnement et de lutte aux changements climatiques.

Sur quelle planète pétrolière vit Rémi Massé du Parti Libéral du Canada ? (1)

« Rémi Massé, député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, considère que le bilan du gouvernement Trudeau est positif pour le pays, la province et l’Est du Québec.« (2) De quel bilan parle-t-il ? Celui qui permet, en pleine urgence climatique, au gouvernement de Justin Trudeau d’acheter un oléoduc à coup de milliards de fonds publics? Seulement sous cet angle, cela en fait l’un des pires gouvernements dans le dossier des enjeux climatiques. Heureusement Yann Perreau l’a bien souligné « Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est une pétrolière » en s’adressant au premier ministre Trudeau.(3)

Pour ce qui est de son propre bilan, Rémi Massé avait promis de tenir une consultation publique sur la question du pétrole par train tout en s’engageant aux actions suivantes : «[…] Je pense que le transport sécuritaire du pétrole par train est possible, mais une série de mesures doivent être prises en premier lieu. Les Libéraux veulent un investissement important, d’abord, dans les infrastructures (rails, ponts, viaducs, etc.), incluant celles liées au transport du pétrole par rail. Cela passe également par une augmentation du nombre de contrôleurs et d’inspecteurs du système ferroviaire, ainsi qu’un entretien rigoureux des wagons et locomotives. Des évaluations environnementales réalisées avec rigueur doivent accompagner le processus.».(4) En plus de ne pas avoir respecté ses engagements, son gouvernement qu’il félicite aujourd’hui pour son bilan carbone, a si bien facilité l’industrie pétrolière qu’on est rendu à huit fois plus de pétrole brut transporté par train depuis 2012.(5)

Alors que le transport de pétrole par rail est en hausse au pays, les changements apportés à la réglementation fédérale depuis la tragédie de Lac-Mégantic sont insuffisants pour protéger le public. Le Bureau de la Sécurité des Transports (BST) vient de retirer le pétrole de sa liste de surveillance. Le transport des liquides inflammables, comme le pétrole, avait été ajouté à la Liste de surveillance du BST en 2014 à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic. Celui-ci a été retiré de la liste il y a quelques jours sous prétexte que « les compagnies ferroviaires font une meilleure gestion de risque lorsqu’elles transportent des liquides inflammables».(6)

La décision du BST inquiète d’autant plus que 17 déraillements de trains transportant des matières dangereuses ont eu lieu en 2018, au Canada, c’est déjà 12 de plus qu’en 2017. À Lac-Mégantic, des citoyens ont décidé de prendre les grands moyens pour assurer une surveillance des convois qui circulent sur les rails. Une caméra a été installée afin de savoir exactement ce que contiennent les convois ferroviaires.

«Avant 2013, on ne pouvait pas compter sur le ministère des Transports du Canada pour prévenir les catastrophes et mieux serrer la vis aux transporteurs. Cinq ans plus tard, Marc Garneau, Ministre des transports au PLC, nous refait le coup de ses prédécesseurs. Les bottines ne suivent pas les babines. Garneau qui fait la sourde oreille au monde municipal, ce n’est pas une nouvelle de dernière heure. Pas de quoi tuer la Une. Le personnage est presque devenu une caricature au fil du temps. Comme une girouette, il va vers où souffle le vent. Et le vent souffle d’ouest en est. Des States jusqu’aux Maritimes. Du Dakota-du-Nord jusqu’à Lac-Mégantic.».(7)

Et c’est de ce genre de bilan dont se réjouit M. Massé? Que sont devenus ses grands principes moraux, qu’il clamait avec un fond de résignation, quand son gouvernement nous a refusé une évaluation environnementale du transport de pétrole par train en déclarant : « Je ne suis pas contre un projet avec un potentiel économique important. Mais je suis non négociable sur la protection des gens et la protection de l’environnement.» ?(8)

Monsieur Massé, si vous et votre gouvernement avez vraiment à cœur la protection des gens et celle de l’environnement, à quand une véritable évaluation environnementale du transport de pétrole par train au Québec ? Nous le réclamons depuis 2015 et nous persistons à l’exiger.(9)

 

Martin Poirier et Stéphane Poirier, NON à une marée noire dans le Saint-Laurent
Benoit St-Hilaire et Patricia Posadas, Prospérité Sans Pétrole, Jérôme Motard

1-http://bit.ly/2zU4kcc
2-http://bit.ly/2T0VPos
3-http://bit.ly/2qJuNEZ
4-http://bit.ly/2RNtdh8
5-http://bit.ly/2SUbwOd
6-http://bit.ly/2PN60OB
7-http://bit.ly/2qG1djT
8-http://bit.ly/2PObhoV
9-http://bit.ly/2FzzoEj