Un cirque ridicule

      Commentaires fermés sur Un cirque ridicule

Marie-Ève Mathieu de Saint-Jude rappelle que les bourdes et les vices de fonctionnement du Fonds Vert ont fait en vain l’objet de demandes urgentes de rectifications de la part du vérificateur général en 2012 et du commissaire au développement durable en 2014.

Un cirque ridicule

Les membres du Parti Libéral sont des gens pleins d’intégrité, mais sous une curieuse forme. Ils aiment les valeurs universelles, mais dans certains cas seulement. On pourrait penser que l’universalité est une valeur souhaitable, par exemple en éducation pour favoriser l’égalité des chances de tous les enfants québécois? Pas exactement. L’est-elle dans le cas de compagnies multimilliardaires? Oui, car le ministre Arcand justifie la subvention accordée à Suncor, par l’intermédiaire du Fonds vert, pour réduire sa production de gaz à effet de serre d’un « appréciable » 0,9 %, au motif qu’il ne faut pas faire de discrimination entre les entreprises. Les fonctionnaires auraient des critères précis d’attribution.1 Oh… une minute! On parle bien d’une compagnie pétrolière, n’est-ce pas? Qui a généré 36,6 milliards de profit2 et qui investit dans les sables bitumineux? Notre bon gouvernement va l’aider à réduire son empreinte écologique? À quel moment est-on foudroyé par le ridicule de l’affaire?

L’exemple ne serait pas si grotesque s’il s’agissait du seul déboire du Fonds vert. Ce dernier se retrouve régulièrement sur la sellette, car il a été vertement – c’était indéniablement le meilleur adverbe – critiqué par le vérificateur général en 2012 et 2014, puis par le commissaire au développement durable en 2014, lequel avait réclamé pour l’automne suivant un plan d’urgence visant à rectifier les vices de fonctionnement observés. Après plus d’une année, rien n’a encore été fait.3 Les bourdes s’accumulent : projets attribués sans appel d’offres4, information incomplète, pas d’objectifs précis et mesurables demandés au contractant, absence de gestion axée sur les résultats. Le Fonds cumule 3,3 milliards de budget, dont seulement 12 % ont été dépensés, s’il faut en croire le journal Les Affaires, soit 400 millions dont 300 millions pour le transport en commun. Qu’en serait-il si le Fonds s’appuyait sur un véritable plan de transition énergétique, au lieu de jouer à des bouffonneries comme le financement de pétrolières ou de transporteurs aériens comme Air Canada (qui a aussi eu droit à 800 000 $ pour poser des ailettes sur quatre de ses Boeing)?5

Cette accumulation de preuves d’incurie nous donne des airs de clown triste, le témoin malheureux du faste du cirque, forcé de rire aux pirouettes et aux acrobaties et qui craint, lui aussi, d’être happé par le ridicule et la malhonnêteté. Il y a tant à faire pour la transition écologique : collectivement, nous pourrions faire des avancées remarquables. Ce serait là un bien universel qui profiterait à chacun des enfants de la Terre. Un bien aussi précieux que l’école. Sans blague.

Marie-Ève Mathieu

Saint-Jude

Le 3 février 2016

1

 Shields, Alexandre, « La décision de financer une pétrolière multimilliardaire est justifiée, selon Arcand », Le Devoir, 26 janvier 2016.

2

 Shields, Alexandre, «De l’argent vert pour un géant pétrolier», Le Devoir, 25 janvier 2016

3

 Dion-Ortega, Antoine, « Le Fonds vert est toujours inefficace, selon les critiques », Les Affaires, 26 septembre 2015

4

 Richer, Jocelyne, « Rapport du VG – Projets accordés sans appel d’offres : le Fonds vert a été mal géré », Huffington Post, 11 juin 2014.

5

 Lecavalier, Charles, « L’argent du fonds vert gaspillé », Journal de Montréal, 14 janvier 2016.