Une nomination prestigieuse ?

      Commentaires fermés sur Une nomination prestigieuse ?

Une nomination prestigieuse?

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a été choisi par l’organisation Clean 50 pour faire partie de la prestigieuse liste des personnalités marquantes dans le domaine du développement durable au Canada en 2016, en reconnaissance de son leadership dans l’instauration d’une économie durable au Canada. Malheureusement, au Canada, la compétition à ce titre n’est pas très forte et les candidats pas très nombreux, ce qui ternit un peu le caractère « prestigieux » de la nomination.

Cette nomination veut notamment souligner l’initiative du premier ministre du Québec d’inviter ses homologues canadiens au Sommet de Québec sur les changements climatiques, qui s’est tenu en avril 2014.

Étonnamment, c’était la première fois que les hautes instances provinciales se rencontraient pour étudier spécifiquement la question. L’initiative est certes louable, mais on peut quand même penser qu’elle vient bien tard et que ses retombées sont plus que timides, d’autant plus que le Premier Ministre du Canada s’est abstenu d’y participer.

On peut aussi s’interroger sur la volonté de nos dirigeants de s’attaquer aux véritables causes des changements climatiques quand ils refusent de tenir compte des effets dévastateurs du développement de l’exploitation des sables bitumineux de l’Ouest canadien; quand ils acceptent de faciliter le transport d’un pétrole dont tout le monde sait qu’il est le plus polluant de la planète et l’une des principales causes d’émissions de gaz à effet de serre au Canada; quand ils affichent sans états d’âme leur préjugé favorable à l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste en Gaspésie et dans la vallée du Saint-Laurent malgré l’avis des scientifiques et l’opposition des citoyens.

Comment M. Couillard et ses homologues provinciaux peuvent-ils prétendre, d’une part, favoriser le développement durable et la lutte contre les changements climatiques, et , d’autre part, encourager le développement totalement non durable d’une industrie sans avenir?

Quels impératifs politiques et économiques (les « vraies affaires »?) M. Couillard et ses homologues peuvent-ils invoquer pour remettre sans cesse à plus tard des décisions qui auraient déjà dû être prises depuis plusieurs années compte tenu de l’abondance des preuves scientifiques quant à l’urgence d’agir pour sauver la planète?

Nous félicitons donc M. Couillard pour son inscription à la « prestigieuse » liste des personnalités marquantes dans le domaine du développement durable au Canada, mais l’invitons à faire un pas de plus dans la bonne direction et à prendre une position très ferme contre l’exploitation des hydrocarbures. Visez loin, M. Couillard, plus loin que le palmarès de Clean 50! Visez l’avenir. Vos enfants et les nôtres se souviendront de vous comme d’un homme courageux.

François Prévost et Denise Campillo
Membres du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ)